ÉDUCATION / RECHERCHE / FORMATION / EMPLOI

Agir sans relâche en faveur du développement des compétences des salariés et des demandeurs d’emploi.

  • Dans les marchés publics, reconnaître l’apprentissage, tout niveau considéré, comme une réponse aux clauses d’insertion.
  • Engager une campagne de communication régionale sur les métiers en tension à l’occasion des JO Paris 2024 et des travaux de la Société du Grand Paris.
  • Faire connaître les certificats d’économies d’énergie (CEE) aux établissements scolaires.
  • Faire connaître plus largement Transitions Pro, l’organisme de reconversion professionnelle.
  • Massifier les investissements pour faire de la rénovation énergétique des bâtiments publics d’enseignement un des piliers de la politique régionale francilienne.
  • Soutenir le développement de nouvelles filières de formations (rénovation énergétique, numérique, etc.), notamment par l’investissement dans de nouveaux locaux d’enseignement et de pratique.
  • Établir une cartographie de l’apprentissage au niveau régional en phase avec les différents bassins d’emplois.
  • Améliorer ensemble l’attractivité des voies scientifiques et technologiques, mais aussi des métiers de l’industrie, notamment auprès des jeunes femmes et par la lutte contre les stéréotypes genrés.
  • Fédérer les opérateurs qui gravitent autour du service public régional de l’orientation (SPRO) : qualifier les opérateurs quant à leurs missions, clarifier les champs de compétences entre Éducation nationale et branches professionnelles, travailler sur la création d’un portail commun aux branches et au SPRO.
  • Soutenir les démarches d’aide et d’accompagnement visant à maintenir l’emploi et les compétences au niveau territorial. Ces démarches concernent l’accès favorisé à la formation des salariés placés en activité partielle de longue date, mais également la mise en réseau des entreprises et de leurs besoins en termes d’emploi et de maintien des compétences : mise à disposition de personnel, utilisation de groupements d’employeurs, etc.
  • Cibler la formation professionnelle des demandeurs d’emploi pour répondre aux emplois non pourvus dans la région dans une logique « adéquationniste » avec les besoins des entreprises qui cherchent à recruter.
  • Investir dans l’accompagnement et le soutien financier des salariés qui initient des démarches de transition professionnelle, liées ou non à la crise.  Dans cette perspective, nous proposons que les données d’emploi et les informations sur les métiers de l’ingénierie soient transmises aux représentants des conseils régionaux au sein des commissions paritaires interprofessionnelles régionales (CPIR) et des structures paritaires « Transitions Pro ».
  • Soutenir et promouvoir les congrès médicaux, scientifiques, techniques, des sociétés savantes ou des associations professionnelles comme des outils et lieux de formation permettant aux professionnels de ces filières de monter en compétences et d’échanger entre pairs.
  • Développer des formations numériques au lycée, et communiquer davantage sur les filières numériques et ingénierie et les perspectives d’emploi pour les jeunes femmes.